Inondations en Belgique : la stratégie d’adaptation de la province du Limbourg

A la mi-Juillet 2021, la Belgique connaît la catastrophe naturelle la plus destructrice de son histoire. Une série d’inondations touche les provinces du Hainaut, de Namur, de Liège et du Luxembourg, impactant également le Brabant Wallon et le Limbourg. Depuis, une cinquantaine de décès ont été enregistrés, et le coût des dégâts matériels pourrait atteindre plusieurs centaines de millions d’euros[1]. Utilisateur pionnier de FutureproofedCities depuis 2018, la province du Limbourg et ses 42 communes sont championnes des politiques climatiques : que pouvons-nous apprendre de sa stratégie d’adaptation ?

Dans cet article, Caroline Panard (membre de la communauté Territoires Audacieux et de Futureproofed), revient sur les expériences des communes de la province du Limbourg qui construisent une meilleure perspective pour l’avenir.

Gingelom, la commune championne de la production d’énergie

La Province du Limbourg a opté pour la production locale d’énergie afin de se déconnecter de la dépendance à des ressources incertaines et non-durables : de nombreuses turbines hydroélectriques sont installées dans les communes (7 turbines à Gingelom et Lummen, 11 turbines à Beringen). Les panneaux solaires produisent également de gros rendements aujourd’hui et sans subventions.

En moyenne, les actions en faveur du climat dans la province du Limbourg génèrent 164 euros par habitant et par an. Quelques communes savent comment augmenter ce montant de façon spectaculaire. La municipalité la plus performante, Gingelom, a estimé grâce à FutureproofedCities ses gains financiers grâce à son action climat à 1 369 euros par habitant et par an. En plus de rendre la production d’énergie plus durable, il va sans dire que la réduction de la consommation d’énergie dans la commune reste cruciale. De nombreuses communes s’engagent pleinement dans la rénovation des bâtiments, l’amélioration des vitrages et de l’isolation. Cela permet de réduire la facture énergétique et d’améliorer les conditions de vie.

Lummen, la commune qui engage les citoyens et les entreprises 

Le tout nouvel hôtel de ville de Hasselt (2018), récompensé par le BREEAM Excellent certificate

Les autorités locales souffrent souvent d’un sous-financement structurel. Cela rend parfois difficile les investissements, aussi rentables que soient les actions à long terme. Comment résoudre ce problème? Les communes sont en mesure de dégager des budgets considérables auprès des citoyens et des entreprises. Cela peut se faire en les impliquant dans des actions publiques concernant la rénovation, les panneaux solaires ou la mobilité (électrique) partielle.

Lummen (107 actions) et Hasselt (45 actions) sont les villes qui participent le plus largement aux actions publiques : de l’information des citoyens sur les avantages du covoiturage électrique ou de la rénovation à l’installation de jardins de tuiles et d’aires de jeux vertes. À Bilzen (21 actions), la commune a souligné l’importance des ambassadeurs, qui peuvent encourager tout un quartier à planter des arbres ou à utiliser une voiture partagée. La proximité des territoires avec leurs habitants est un atout majeur de la Province : à Peer, une personne a été recrutée au service de communication et s’occupe spécifiquement de la commercialisation des différentes actions climat de la ville (rénovations, atelier de réparation de vélos, service d’autopartage de voitures électriques). L’astuce : s’assurer de partir d’une nécessité du citoyen – et ensuite proposer une solution à l’épreuve du temps.

Genk, la médaille d’or pour les investissements 

Afin de garantir la réussite de leurs objectifs de réduction, certaines communes assurent la pleine intégration des plans climat dans le plan pluriannuel existant. Elles réservent donc des investissements liés au climat afin que les plans puissent également être traduits en actions. Les communes limbourgeoises qui ont réussi ont intégré le réflexe climatique dans toutes les formes de politique, abattu les murs entre les thèmes politiques et fait du plan climat une responsabilité partagée. Résultat : des budgets plus importants, plus de main-d’œuvre disponible et une plus grande priorité politique. 

Les émissions de Co2 sont en baisse à Genk ! 

Par exemple, Peer fournit 10 millions d’euros pour les pistes cyclables (=25% de leur budget). Le plan climat 2030 de Genk n’est pas un plan distinct du plan politique existant, et les actions du Plan Climat sont incluses dans le plan pluriannuel 2020-2025. Toujours à Genk, environ un tiers des investissements sont destinés à des actions climatiques.
Une personne a été recrutée à Hasselt pour travailler spécifiquement sur l’adaptation au climat. La ville met également à disposition du personnel pour encadrer activement les citoyens qui veulent mettre en place leur propre initiative. Il s’agit d’un investissement, mais qui permet de mettre en place des initiatives fructueuses qui trouvent leur origine près des citoyens.

Caroline Panard

FutureproofedCities soutient 145 villes et communes de Belgique, des Pays-Bas et de France pour concrétiser les Plans Climat. Notre plateforme numérique et notre coaching climat permet de suivre facilement les progrès d’un territoire et de prévoir l’impact Co2, financiers et les co-bénéfices de ses actions. De plus, l’outil agit comme un réseau social qui met en relation ses utilisateurs à travers les villes et les régions. Dans sa partie communication, l’outil implique également les citoyens dans l’action climat. Grâce à l’effort de ses utilisateurs, la communauté FutureproofedCities a investi 3,08 milliards d’euros, économisant annuellement 379 millions d’euros et 1,34 million de tonnes de CO2. Ils ont publié 351 mesures publiques et 726 actions, qui peuvent servir de source d’inspiration. Pour réaliser nos projets, Futureproofed compte 19 collaborateurs expérimentés et enthousiastes.


[1] https://plus.lesoir.be/385187/article/2021-07-21/inondations-le-cout-des-sinistres-depassera-probablement-350-millions-deuros